• Par l’intermédiaire de la société Stocamine, l’État pourrait commencer les travaux de confinement des déchets industriels ultimes au mois d’octobre, qui pollueront un jour la plus grande réserve d’eau potable d’Europe. Collectivités, députés et associations locales tentent d’empêcher le début du chantier.
    Vu sur Reporterre

    VRAIE LOI CLIMAT
     

     

     


    1 commentaire
  • Le seul médecin de l'Ile-aux-Moines (Morbihan) ne peut plus exercer. Arrivée en janvier dernier, la généraliste n'est pas vaccinée et donc plus autorisée à rencontrer des patients. Les Ilois se disent inquiets.
    vu sur FR3 Bretagne
    PAS VACCINÉE !



    changement, elle se fait vacciner !
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/morbihan/l-ile-aux-moines-soulagee-la-medecin-sera-vaccinee-2260507.html



    2 commentaires
  • Pesticides : deux ONG lancent un recours accusant la France de « manquement » dans la protection de la biodiversité.
    vu sur L’ÉCONOMISTE FRANCE
    PESTICIDES


    votre commentaire
  • Avant Robert Badinter, les autres visages du combat pour l'abolition de la peine de mort.

    Le 18 septembre 1981 était votée l'abolition de la peine de mort. L'aboutissement de deux siècles d'abolitionnisme et d'une lutte qui s'est intensifiée au sortir de la Seconde Guerre mondiale.

    vu sur Franceinfo :

    SAINT-MARTIN-DE-CRAU



    4 commentaires
  • Le 15 septembre 2021, Greenpeace célèbre ses 50 ans. De sa première action en 1971 en passant par la lutte contre le dérèglement climatique, le nucléaire ou les OGM, l’ONG a œuvré à de nombreuses prises de conscience dans le monde. Retour en images sur des actions emblématiques.
    Vu sur Reporterre
    VRAIE LOI CLIMAT



    4 commentaires
  • Brillant médecin nommé en 2017 ministre de la Santé, Agnès Buzyn a vu ses ambitions politiques balayées par sa défaite aux élections municipales à Paris, et doit désormais assumer devant la justice sa gestion du début de la crise sanitaire.
    vu sur SUD OUEST
    AGNÈS BUZIN






    2 commentaires
  • En février dernier, la justice avait condamné l'État pour son inaction climatique. Cette fois, deux ONG ont l'intention de porter plainte contre l'État, pour inaction dans la protection de la biodiversité.
    vu sur Franceinfo :

    SAINT-MARTIN-DE-CRAU


    votre commentaire
  • A l’heure où se déroulent les Jeux Olympiques (JO) 2021, il semble bon de se questionner sur l’impact social et environnemental de la tenue d’un tel événement, dont le modèle a déjà été critiqué à plusieurs reprises. A l’approche des JO de 2024 à Paris, des rassemblements ont déjà été organisés « contre les JO et le Grand Paris Aménagement, qui ne font qu’augmenter les inégalités et détruire les zones protégées, le tout dans une politique de sécurisation, de surveillance et de corruption répondant à des enjeux purement économiques dans le déni des besoins du vivant » (propos de Youth For Climate Paris). Mais qu’en est-il concrètement ? Mr Mondialisation a analysé les projets en cours liés à la tenue des JO à Paris en 2024, et leurs conséquences tant sociales que environnementales.
    vu sur Mr Mondialisation

    LES AIDES SOCIALES, UN POGNON DE DINGUE ?


    2 commentaires
  • « La presse satirique appartient à notre histoire » : une tribune appelle emmanuel macron à défendre la caricature
    vu sur Le Monde


    2 commentaires
  • Selon les estimations, les pays européens jettent chaque année entre 150 000 et 500 000 tonnes de plastique dans les océans.

    vu sur I D

    RELANCE POST-COVID VERTE

     




    2 commentaires
  • Soupçons de détournements de fonds publics : François Fillon visé par une enquête sur un assistant parlementaire
    vu sur Franceinfo :

    SAINT-MARTIN-DE-CRAU



    2 commentaires
  • En Grande-Bretagne, des dizaines de milliers de volontaires ont réalisé un audit des déchets présents sur les plages du pays. Leurs résultats sont saisissants. 12 marques sont les principales responsables de la production des déchets recrachés par l’océan, en ce qui concerne cette région du monde. Ces observations nous indiquent qu’une poignée de multinationales a une responsabilité colossale sur la crise écologique actuelle, notamment en persistant dans la production d’emballages non-écologiques.
    vu sur Mr Mondialisation

    LES AIDES SOCIALES, UN POGNON DE DINGUE ?

     


    votre commentaire
  • EINSTEIN














    La pire des institutions grégaires se prénomme l'armée. Je la hais. Si un homme peut éprouver quelque plaisir à défiler en rang et aux sons d'une musique, je méprise cet homme... Il ne mérite pas un cerveau humain puisqu'une moelle épinière le satisfait.
    Comment je vois le monde Albert Einstein 1934
    une autre de ses citations :
    Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.

     


    4 commentaires
  • MANIFESTE DE KOKOPELLI


    4 commentaires
  • Avant la pause estivale, voici les liens vers quelques livres lus et appréciés
    CONTAGION
    En Asie, 47 personnes succombent à une mystérieuse fièvre hémorragique. Henry Parsons, épidémiologiste de renom, envoyé sur place par l'OMS, découvre à quel point le virus est contagieux. Lorsqu'il apprend qu'un homme contaminé est en route vers La Mecque où des millions de musulmans vont se retrouver pour le pèlerinage annuel, c'est le début d'une course contre la montre pour enrayer l'épidémie...
    PAUSE ESTIVALE












    NÉGO
    Stanislas Monville est négociateur professionnel. Il intervient dans les kidnappings, les séquestrations, les extorsions… Ses années de service dans les forces spéciales comme les missions privées qu’il conduit désormais lui ont donné un instinct très sûr pour repérer les situations à risque.
    Aussi, lorsqu’il est contacté pour prendre en charge une négociation ultrasecrète autour du plus grand conservatoire de la biodiversité au monde, il sent bien un piège, mais la curiosité l’emporte. Très vite, il comprend qu’il a mis les pieds dans un engrenage dangereux, où l’écologie rime avec violence et fanatisme, et où chaque ultimatum risque d’être le dernier.
    PAUSE ESTIVALE

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    TOUT DESPROGES
    De ses "brèves" publiées dans L'Aurore dans les années 1970, à ses Chroniques de la haine ordinaire parues en 1987, Tout Desproges paraît en un seul volume au Seuil, accompagné d'un cahier hors texte d'une cinquantaine de photographies de Pierre Desproges, pour la plupart inédites, et d'un DVD qui propose des interviews marquantes réalisées par l'auteur, des extraits de ses spectacles, et des images de comédiens qui se situent dans son héritage.
    PAUSE ESTIVALE









    DESNOS OEUVRES
    à lire en plusieurs fois !
    PAUSE ESTIVALE

     

















    LE VIEUX DOCTEUR A.T. Still, pionnier de l'ostéopathie

    Andrew Taylor Still, intelligent et déterminé, embrasse la même carrière que son père, dans une Amérique frustre où la médecine consiste à soulager le patient avec de l'alcool. À force d'observations et d'études notamment avec les indiens, il imagine une pratique centrée sur le squelette car des os bien en place permettent aux fluides de circuler et ainsi le corps comme l'esprit s'en portent mieux.
    PAUSE ESTIVALE


    8 commentaires
  • Il m’arrive parfois de commencer à écrire sans trop savoir où je vais aller. Je me laisse porter par ma plume qui sait où elle va ! ! !

    EN ATTENDANT LE HUITIÈME JOUR


    Lundi
                                                     Au départ, je fus attiré par son regard perçant, mais il se dirigeait sans détour vers un ailleurs que je ne reconnaissais pas. Le soleil sortait ses rayons vers son visage fier et lucide. Les paupières en alerte, elle devinait avec courage les yeux posés sur elle mais n’en laissait rien paraitre. Elle portait à vive allure vers son entourage ses élans de captive, sa chaleur à fleur de peau. Je supposais qu’elle avait de la tendresse mais celle-ci se cachait sous un trouble pour ne pas émouvoir, pour ne pas compromettre ses secrets.

    C’était la première fois que je la voyais ici. Elle décidait de garder ses distances, de ne pas dévoiler sa fragilité. L’heure d’un échange n’était pas programmée, elle semblait vouloir garder ses parts de mystère. Avait-elle un vécu de joies, de tristesse, ou un amalgame des deux ? Rien ne transparaissait dans l’abri équivoque où son âme se terrait.

    Sa chevelure était soignée, ses vêtements simples ne communiquaient aucun renseignement sur ses origines. Pas de miroirs intimes pour refléter ses envies, ses aveux. Sur quelle route, sur quel chemin de traverse, sur quelle voie avançait-elle ? Impossible de cerner son parcours, mais je sentais en elle une lueur flamboyante, vivace. Juste dans son regard.

    Arrêt, descente. Je reste dans le bus. Son absence me gêne. J’espère la revoir demain, même trajet à la même heure, je ne sais pas encore mais j’ai envie d’y croire.

    La journée sera longue !...


    Mardi

                                   Ouverture de la porte. Elle est là dans ce même décor. J’aimerais que nos regards se croisent mais je n’ose pas l’attirer vers moi. Il est peut-être trop tôt pour ça. Elle se fixe dans une indifférence, se cloitre au milieu du brouhaha, l’heure matinale n’étant pas propice à la violence des paroles, les passagers sont à peine désincrustés de leur temps de sommeil. Ils se balancent au gré de la conduite de leur moyen de transport en commun.

    Je ne vois qu’elle, dans la même attitude qu’hier matin, clouée, collée à son siège. Le même. Une habitude s’installe déjà ! J’ai également la même place, comme tous les jours, sans chercher à comprendre pourquoi. La question ne se pose pas, je le fais machinalement depuis de nombreuses semaines sans y réfléchir mais aujourd’hui, j’ai comme l’impression qu’il y a quelque chose de nouveau en moi.

    Je la regarde, je l’observe sans savoir si je la gêne. Je ne pense pas car à aucun moment elle ne dirige son regard vers moi. Une transparence ou un brouillard ? Une clarté ou une ombre ? Difficile à dire, à penser. Pas un geste, a-t-elle une attitude d’attente ?

    J’ai comme hier une envie folle de la comprendre, de la découvrir. Mais le temps qui m’était imparti touche à sa fin. Descente. Je reste embué dans un trouble nouveau.

     

    Mercredi
                                   Me voici installé. Elle est là aussi, énigmatique. Je ne sais rien d’elle, mais tout est confus, je ne cherche pas à savoir … Pour l’instant ! Elle garde la même attitude, rien ne transparait, pourtant, elle me hante. Je ne suis pas certain d’une certaine beauté, elle n’est pas quelconque ni quelqu’une mais elle m’a envahi, à son insu, sans me voir.

    Je ne pense pas être stupide ! Quelque chose est passée, quelque chose s’est passée, que je ne sais pas définir. Une chaine pendue à son cou vibre au rythme du roulement du bus. Pas d’autre bijou, ses mains sont nues et ses oreilles ne sont pas pourvues de boucles. Aujourd’hui, elle a changé de tenue, plus colorée mais sobre à la fois, je ne sais pas bien décrire son habillement, je le vois et c’est tout !

    J’aimerais lui lancer un signe discret, amical, un petit lien de connivence mais nous ne nous connaissons pas. Que peut-elle penser ? A-t-elle des émotions, des sensations ? Ses yeux restent figés, fixés vers un ailleurs qui me semble proche. Il me faut trouver le guide qui va me permettre de la « visiter », de la comprendre …

    Ce n’est pas de l’amour qui surgit en moi, non, c’est autre chose d’indéfinissable, une portion de mystère qui se faufile entre nous deuxdont je n’arrive pas à dévider ou dénouer le fil. Est-ce qu’elle s’est rendu compte de mon insistance à l’observer ? J’ai peur (ou j’espère !) qu’elle finisse par me dévisager d’un air hautain, mais rien ne vient. Je tourne la tête mais une force incontrôlée, incontrôlable la remet, tournée vers elle.

    Son arrêt habituel, elle descend. J’ai le cœur qui bat !

     

    Jeudi

                                   Coup de théâtre ! Un passager vient de s’installer sur le siège habituellement occupé par elle. Habituellement ! Comme après trois jours, il y a déjà une notion d’habitude. Elle ! Je ne sais pas comment l’appeler, elle, la dame, la demoiselle, la mystérieuse, l’insaisissable… Elle monte, a un moment d’hésitation en voyant « sa » place prise et se rapproche de moi en s’asseyant juste devant.

    Pas un sourire, pas un regard et moi, je suis en position de repli ! Je baisse les yeux, n’osant pas la dévisager. Elle m’a peut-être reconnu mais je n’ai ressenti, venant de sa part, aucun signe qui pourrait m’indiquer qu’elle se souvient de ma présence depuis le début de la semaine… Même heure, même direction et rien d’autre !

    Le trajet me semble pesant, les secondes se suivent avec une lourdeur incroyable. J’ai l’impression que je transpire. Je finis par relever légèrement la tête mais ne rencontre pas la lueur de ses yeux. Elle semble, comme les autres jours, lointaine, distante, sans réaction particulière. À quoi pense-t-elle ? A-t-elle des soucis, des succès, des amis, des amants ? Comment est sa vie en dehors du bus ?

    Je n’arrive pas à me projeter en dehors de ces quelques réflexions qui me viennent à l’esprit. Je me joue mon cinéma où la seule actrice brille par son absence et je ne maitrise pas la mise en scène !... Le temps s’est immobilisé. Je dirige l’unique scène de ce film muet, sans aucune action, à part pour mes neurones !

    La voici qui se lève et se dirige vers la sortie avec la même démarche, la même souplesse. Où va-t-elle ? Je m’efface devant des suppositions inutiles. 

     

    Vendredi

                                   Elle a retrouvé sa place. Personne ne lui avait prise et c’est tant mieux, hier je n’avais pas osé mais aujourd’hui, j’étais prêt à me lever pour demander de laisser la place libre si quelqu’un s’y était assis avant son arrivée. Je me demande vraiment ce qu’il m’arrive ! Depuis le début de la semaine, je ne me reconnais plus.

    La voici qui s’installe, elle reste égale à elle-même, enfin, par rapport au petit peu que j’ai aperçu, perçu depuis lundi. Ce qui m’attire, c’est surtout son regard qui me parait être à la recherche de l’invisible (pour moi) et puis ses mains fines qu’elle pose délicatement sur ses jambes pendant tout le trajet. Il y a une grande simplicité dans son attitude, mais j’ai l’impression que quelque chose a changé ce matin. J’essaie de deviner ce qu’elle ressent et je comprends la petite différence effleurant son visage.

    La trace d’une larme qui doucement emprunte le sillage d’une ridule. Peut-être juste un picotement à l’œil gauche qui a permis la descente de cette perle sur laquelle le soleil matinal se fracasse. Et je suis dérouté ! C’est tellement bénin mais je ressens cette larme jusqu’au fond de mon cœur, sans en comprendre la cause. La fascination.

    Heureusement, la fin de semaine arrive, je vais pouvoir me reposer, souffler et essayer de ne plus penser à elle. Elle essuie la larme, se lève et descend du bus. Mais quel est son secret ? Je suis certain qu’elle en a un…

     

    Samedi

                                   J’ai l’impression de devenir fou ! Après une nuit très agitée avec des rêves étranges où je me retrouvais entouré d’oiseaux et de papillons multicolores, je reste en immersion. Et pourtant, je ne me drogue pas !...

    D’habitude, quand ma femme est absente, j’en profite pour faire du bricolage mais là, pas envie !... Je me suis habillé comme les autres jours de la semaine et je suis sorti pour attendre le bus dans l’espoir insensé de la revoir, assise à la même place, faisant les mêmes gestes. Pauline ne revient de son stage qu’en fin de la semaine prochaine, je ne sais donc pas à qui me confier.

    Avec Pauline, je sais que je peux tout lui dire, nous nous aimons vraiment très fort et elle arriverait peut-être à comprendre ce qui se passe en moi. Au téléphone, elle a bien senti qu’il y avait quelque chose d’étrange en moi mais je n’avais pas envie d’en discuter de cette manière, je lui ai simplement dit que j’avais en ce moment beaucoup de travail, elle n’a pas insisté.

    Je me retrouve donc dans le bus, elle n’est pas là, je descends à son arrêt habituel et je reste là, planté pendant deux bonnes heures puis je me décide à reprendre un bus pour repartir dans l’autre sens. En rentrant dans la maison, elle me parait terriblement vide et moi aussi !...

    Mon esprit s’élance dans de multiples méandres. Je m’y noie, je m’ennuie, je traine de pièce en pièce sans but précis. Je me décide à faire des courses puis je m’allonge sur le canapé,

     

    Dimanche

                                   « 4’ 33’’ » de John Cage.

    J’ai programmé ce « morceau silencieux » en boucle deux cents fois, plus de 15 heures d’écoute sans rien entendre, juste le craquement de la boiserie, le léger frémissement du vent s’immisçant dans cette pièce où je végète, l’esprit ailleurs, rêvant au souvenir si proche de cette femme dont la seule vision a altéré toutes mes autres sensations. Je n’ai pas connu d’expérience aussi intense, enfin, est-cevraiment une expérience ? Je ne sais pas bien nommer mes ressentis depuis le début de la semaine.

    Quelques minutes par jour, cinq fois et puis mon vagabondage interne m’a emmené dans une exploration insoupçonnée, incompréhensible… Inavouable aussi ! De temps en temps, je me lève du canapé, je tourne en rond puis je me rassieds. J’ai l’impression d’être comme un prisonnier, mais de qui, mais de quoi ?

    Je m’imagine victime de mon imagination, j’espère ne pas basculer dans la démence, je souhaite que cet état dans lequel je me suis enfoncé ne va pas se prolonger. Ai-je été envouté par cette « créature » qui m’a scotché, épinglé, pétrifié ? Et combien de temps va durer cet envoutement ? Est-ce un maléfice ? Une possession ? Quand quelqu’un est possédé, en principe, c’est plutôt par un démon. Dans mon cas, je ne ressens pas le mal, le malin ni une quelconque divinité malfaisante mais j’ai en moi les traces d’une « terrienne ». Je n’ai pas reçu un sort, non, je suis juste coincé par celle qui fut une apparition.

    Besoin de repos ! Je vais peut-être demander un congé demain à mon travail…

     

    Lundi

                                   Ce matin, depuis le lever, je vais beaucoup mieux. Je ne ressens aucune angoisse. Installé dans le bus pour mon trajet habituel, je constate qu’elle n’est pas là. Un léger soulagement me pénètre et je me rends compte que j’ai vécu la semaine dernière dans un rêve, je n’arrive pas à nommer ni à exposer posément ce que j’ai ressenti.

    Maintenant, tout me semble s’être désagrégé par un simple coup de baguette magique. Oui, il y avait une sorte de magie qui m’avait envahi et j’en suis délivré. Je respire ! Je n’ai pas honte de ce qui m’est arrivé, simplement, je ne comprends pas …Une anomalie s’est glissée pendant quelques jours dans ma façon d’être, de penser, d’agir. C’est comme si j’avais été téléguidé par des émotions qui ne m’appartenaient pas, je ressemblais à une marionnette, ses fils invisibles menaient mes mouvements et mes idées.

    Je n’étais pas une victime, non, mais j’avais des perceptions étrangères par rapport à ce que je suis habituellement. Ce bouleversement passager était  engendré par une manipulation non calculée et tellement originale que je vais avoir beaucoup de mal à l’expliquer.

    Enfin, la fin d’une histoire « surnaturelle ». Non, ce n’est pas tout à fait terminé. Voici ce que j’ai constaté par la suite et qui m’a encore bouleversé.

    _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

    Quelques jours plus tard

                                   La journée s’est bien déroulée, après le travail, j’ai passé deux heures pour faire du ménage avant le retour de ma femme, son stage se terminant demain. Quand elle n’est pas là, je me laisse aller et j’en fais moins que le minimum. La vaisselle s’est entassée et la cuisine est dans un état épouvantable et c’est la même chose pour la salle de bains et les toilettes. J’en profite aussi pour faire tourner une machine avec une partie du linge qui trainait dans la chambre à coucher. Je ferai la deuxième demain avant son arrivée.

    Vanné !… Je m’installe devant l’ordinateur et me balade sur quelques sites d’infos pour découvrir ce qui n’est pas dit à la télé. Je tombe sur un reportage avec quelques photos prises à l’occasion d’une reconduite à la frontière d’un groupe d’étrangers arrêtés pour situations irrégulières sur le territoire français. C’est pathétique ! Des militants d’associations manifestent mais les C.R.S. sont là pour les maintenir à distance. Je lis la tristesse sur les visages de quelques étrangers qui ont été pris en photos et tout d’un coup …

    Je découvre la personne du bus qui m’avait mis en émoi pendant plusieurs jours. Elle est là avec ses yeux qui cherchent la clarté mais qui ne rencontrent que le mépris de la part des exécuteurs de la sentence préfectorale. Je clique sur la photo, j’enregistre la photo, l’agrandis, je l’imprime… Je n’ai pas de vision, c’est bien elle.

    Je sais que son portrait va continuer à me hanter pendant très longtemps.

     

    Bernard Pichardie
    Beauronne mai 2012
    texte déposé


    2 commentaires
  • Privée de stade aux couleurs LGBT+, Munich a trouvé la parade idéale pour montrer son opposition à la nouvelle loi de la Hongrie.

    vu sur Positivr

    LES SOIGNANTS DU CHU DE TOULOUSE FRAPPENT TRÈS FORT

     

     

     

    et sur WATSON
    MUNICH ET LES COULEURS LGBT







    6 commentaires
  • Ma première fille est née le lendemain de sa mort
    COLUCHE





























    COLUCHE



     

     

     

     

     


    8 commentaires
  • Pass sanitaire : l'association La Quadrature du net dépose un recours devant le Conseil d'Etat.
    Le dispositif "divulgue de façon injustifiée des données sur l'état civil et des données de santé", estime l'association de défense des libertés.

    vu sur Franceinfo :

    SAINT-MARTIN-DE-CRAU

     


    6 commentaires
  • Un groupe d'avocats et experts des droits humains qui enquêtent sur le traitement infligé à la minorité musulmane ouïghoure dans la région chinoise du Xinjiang entame vendredi une série d'auditions de témoins à Londres, qualifiée de "machine à mensonges" par Pékin.
    vu sur
    https://www.msn.com/fr-fr/video/actualite/sort-des-ou-c3-afghours-en-chine-un-tribunal-sp-c3-a9cial-c3-a0-londres-entame-ses-auditions/vi-AAKHvZa
    Merci à foxy53 de m'avoir aiguiller vers le sort des Ouïghours

    mais aussi
    ,
    Le sort des Ouïghours: un génocide actuel
    vu sur
    https://ichi.pro/fr/le-sort-des-ouighours-un-genocide-actuel-157469069453623


    6 commentaires
  • Impôt mondial minimum, le G7 Finances espère un accord historique
    vu sur ChallengeS
    IMPÖT MONDIAL


    Avec l’impôt minimal mondial, les pays du G7 espèrent la fin des paradis fiscaux
    vu sur Le Monde


    4 commentaires
  • À Saint-Brieuc, les pêcheurs manifestent à nouveau contre le parc éolien.

    vu sur La Croix
    L'AUSTRALIE CONTRE FACEBOOK




    9 commentaires
  • Israël-Palestine : l'ONU lance une enquête sur les atteintes aux droits humains
    l
    a portée de cette résolution, lançant une "commission d'enquête internationale indépendante et permanente", dépasse largement le récent conflit.
    vu sur Franceinfo :

    SAINT-MARTIN-DE-CRAU




    8 commentaires
  • Personne ne s’étonnera plus en apprenant que près de 20 millions de tonnes des déchets dérivent sur les océans du monde chaque année, dont entre 8 et 18 millions de tonnes de plastique. Mais avez-vous déjà entendu parler des biomédias ? Ces petits filtres en plastique méconnus du grand public polluent pourtant nos plages et cours d’eau depuis près de 20 ans. Utilisés à la base dans les stations d’épuration municipales ou industrielles, des centaines de milliers de biomédias chargés de bactéries et de germes se retrouvent aujourd’hui dans la mer, l’océan ou les cours d’eau, avant d’échouer sur nos plages. Focus sur une pollution plastique et sanitaire aussi dévastatrice qu’ordinaire.

    vu sur Mr Mondialisation

    LES AIDES SOCIALES, UN POGNON DE DINGUE ?


    4 commentaires
  • MENTORS
    La période actuelle, cruellement rythmée par la pandémie qui nous frappe, est une époque charnière.
    Les gens ont l’intuition que le monde est en train de changer, que nous sommes à un carrefour civilisationnel.
    Certains hommes ont consacré leur vie à changer le monde. Consacrons la nôtre à le rendre meilleur.
    https://mentors-magazine.fr/


    6 commentaires
  • L'ENVERS DES AFFAIRES
    Avec le premier numéro de ce magazine trimestriel, Karl Zéro sort des sentiers battus pour nous faire découvrir ce qui est caché, ce qui est tu, ce qu’on ne nous dit pas, et pour comprendre pourquoi on ne nous le dit pas. C’est le pari de « l’envers des affaires » : apporter un éclairage inédit et riche en révélations sur certaines des plus grandes affaires de notre histoire contemporaine.
    La disparition du vol de la Malaysia Airlines
    L’utilisation étonnante de « Crystal Meth » par l’armée du IIIe Reich
    Les dessous de l’affaire Alègre
    Un portrait très fouillé de Michel Fourniret où l’on découvre que « l’ogre des Ardennes » n’a jamais été le « prédateur solitaire » décrit jusqu’ici
    Une hypothèse sans concession sur la disparition des sœurs Pisier
    https://www.lenversdesaffaires.fr/


    4 commentaires
  • Dans un rapport, les députés d'une mission parlementaire sur le cannabis, dont certains membres de la majorité présidentielle, constatent "l'échec" de la politique répressive de la France.
    vu sur Franceinfo :
    SAINT-MARTIN-DE-CRAU


    17 commentaires
  • Sous le titre "On veut la Bio pour tous!" et à l'initiative de la Fédération nationale de l'agriculture biologique (FNAB), 300 élu-e-s de toutes les familles politiques - de communes rurales, de grandes villes, de métropoles, parlementaires de l'Assemblée, du Sénat, du Parlement européen, élu-e-s régionaux, appellent de leur vœux un soutien fort de l'État un en faveur du développement de l'agriculture biologique dans la prochaine PAC et de l'alimentation bio dans les cantines.
    Sous le titre "On veut la Bio pour tous!" et à l'initiative de la Fédération nationale de l'agriculture biologique (FNAB), 300 élu-e-s de toutes les familles politiques - de communes rurales, de grandes villes, de métropoles, parlementaires de l'Assemblée, du Sénat, du Parlement européen, élu-e-s régionaux, appellent de leur vœux un soutien fort de l'État un en faveur du développement de l'agriculture biologique dans la prochaine PAC et de l'alimentation bio dans les cantines.
    Sous le titre "On veut la Bio pour tous!" et à l'initiative de la Fédération nationale de l'agriculture biologique (FNAB), 300 élu-e-s de toutes les familles politiques - de communes rurales, de grandes villes, de métropoles, parlementaires de l'Assemblée, du Sénat, du Parlement européen, élu-e-s régionaux, appellent de leur vœux un soutien fort de l'État un en faveur du développement de l'agriculture biologique dans la prochaine PAC et de l'alimentation bio dans les cantines.
    Sous le titre "On veut la Bio pour tous!" et à l'initiative de la Fédération nationale de l'agriculture biologique (FNAB), 300 élu-e-s de toutes les familles politiques - de communes rurales, de grandes villes, de métropoles, parlementaires de l'Assemblée, du Sénat, du Parlement européen, élu-e-s régionaux, appellent de leur vœux un soutien fort de l'État un en faveur du développement de l'agriculture biologique dans la prochaine PAC et de l'alimentation bio dans les cantines.
    Sous le titre "On veut la Bio pour tous!" et à l'initiative de la Fédération nationale de l'agriculture biologique (FNAB), 300 élu-e-s de toutes les familles politiques - de communes rurales, de grandes villes, de métropoles, parlementaires de l'Assemblée, du Sénat, du Parlement européen, élu-e-s régionaux, appellent de leur vœux un soutien fort de l'État un en faveur du développement de l'agriculture biologique dans la prochaine PAC et de l'alimentation bio dans les cantines.
    Sous le titre "On veut la Bio pour tous!" et à l'initiative de la Fédération nationale de l'agriculture biologique (FNAB), 300 élu-e-s de toutes les familles politiques - de communes rurales, de grandes villes, de métropoles, parlementaires de l'Assemblée, du Sénat, du Parlement européen, élu-e-s régionaux, appellent de leur vœux un soutien fort de l'État un en faveur du développement de l'agriculture biologique dans la prochaine PAC et de l'alimentation bio dans les cantines.

    Sous le titre "On veut la Bio pour tous!" et à l'initiative de la Fédération nationale de l'agriculture biologique (FNAB), 300 élus de toutes les familles politiques - de communes rurales, de grandes villes, de métropoles, parlementaires de l'Assemblée, du Sénat, du Parlement européen, élus régionaux, appellent de leur vœux un soutien fort de l'État un en faveur du développement de l'agriculture biologique dans la prochaine PAC et de l'alimentation bio dans les cantines.
    vu sur GLOBAL
    SOUTIEN AUX LIBRAIRES ET À L'ÉDITION


    2 commentaires
  • Les occupations de logement, d’usines et les ZAD criminalisées par un discret article de la Loi sécurité globale
    vu sur Basta ! 
    LA RÉVOLTE DES LYCÉENS


    7 commentaires
  • La jeune rappeuse afghane Sonita Alizadeh, qui étudie aux États-Unis pour devenir avocate, a reçu le prix Liberté pour son combat pour les enfants de son pays et notamment contre le mariage forcé
    vu sur Franceinfo :
    SAINT-MARTIN-DE-CRAU



    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires