• MES RÉVOLTES

  • la maquette d’une chanson à la recherche d’interprètes

    LE BRUIT DES BOTTES

    Le bruit des bottes
    Le cri des hommes
    Ceux qui ligotent
    Ceux qui les gomment 
    Ceux qui les cognent
    Derrière une porte 

    Et l’odeur morte 
    De la charogne

    Le bruit des bottes
    Le cri des bonnes
    Que l’on tripote 
    Qu’on emprisonne
    Au son de l’orgue
    Puis dans l’alcool 

    Et la vérole 
    Dans une morgue

    Un pour tous 
    Tous pourris
    Dans les taudis
    Dans les faubourgs 
    Du Chili
    À Delhi
    Un pour tous 
    Tous pourris
    Dans les taudis
    Dans les faubourgs
    De Hambourg 
    À Singapour 
    Un pour tous 
    Tous pourris
    Dans les taudis
    Dans les faubourgs
    De Paris
    À Cherbourg 
    Un pour tous 
    Tous pourris

    Le bruit des bottes
    Le cri des fauves
    Serrant les glottes
    Dans une alcôve 
    Ceux qui besognent 
    Puis qui déportent 

    Et l’odeur forte
    De ces ivrognes

    Le bruit des bottes
    Le cri des gosses 
    Qu’on escamote 
    Dans les basses fosses
    Ceux qui les lorgnent
    Qui les contrôlent 

    Et la vérole 
    De quelques borgnes

    Un pour tous 
    Tous pourris
    Dans les taudis
    Dans les faubourgs 
    Du Chili
    À Delhi
    Un pour tous 
    Tous pourris
    Dans les taudis
    Dans les faubourgs
    De Hambourg 
    À Singapour 
    Un pour tous 
    Tous pourris
    Dans les taudis
    Dans les faubourgs 
    De Paris
    À Cherbourg 
    Un pour tous 
    Tous pourris

    musique Olivier DENANS
    paroles Bernard PICHARDIE
    https://chantsongs.wixsite.com/monsite

    chanson déclarée à la SACEM


    4 commentaires
  • un texte à la recherche d’une musique 
    si un compositeur ou une compositrice est intéressé(e)
    pour poser ses notes sur mes mots 
    il ou elle peut me contacter 


    ELLE EST PASSÉE À CÔTÉ


    Il ne savait pas aimer
    Sans aucun frisson
    Il avait quelques monnaies
    Et des bonbons

    Elle avait des petits seins
    Sous son chemisier
    Elle allait pour quelques pains
    Se sacrifier

    Il est passé à côté
    Avec cette enfant
    Elle est passée à côté
    De ses dix ans

    Il était tout en sueur
    Le regard mauvais
    Il devinait que la peur
    Se répandait

    Elle n’était pas protégée
    Sur le matelas
    Elle avait les yeux fermés
    Sur l’au-delà

    Il respirait bien trop fort
    Sur son corps d’enfant
    Elle pleurait de ses efforts
    De ses dix ans

    Elle était tout en frayeur
    Toute chiffonnée
    Elle connaissait par cœur
    Sa destinée

    Ses parents avaient trop faim
    Et le p’tit dernier
    Était mort dans le matin
    Sur le pavé

    Il est passé à côté
    Avec cette enfant
    Elle est passée à côté
    De ses dix ans

    Quand il s’est reboutonné
    Tout près de son lit
    Elle s’est recroquevillée
    Dans un long cri

    Elle était comme une bête
    Pour vider son corps
    Hurlant dans la tempête
    Devant la mort

    Il ne savait pas aimer
    Sans aucun frisson
    Il avait quelques monnaies
    Et des bonbons

    Elle avait des petits seins
    Sous son chemisier
    Elle allait pour quelques pains
    Se sacrifier

    Il est passé à côté
    Avec cette enfant
    Elle est passée à côté
    De ses dix ans

    Bernard PICHARDIE
    https://chantsongs.wixsite.com/monsite
    texte déposé


    6 commentaires
  • LA DERNIÈRE TÂCHE
     
    L'essaim se gonfle et s'abandonne
    À la caresse du printemps
    Et, dans la ruche, tourbillonnent,
    Prêtes à prendre leur élan,
    Bzz, bzz, bzz,
    Bzz, bzz, bzz... les abeilles !
    André Robert Raimbourg (Bourvil)

    Le besogneux
     
              Il sait qu’il va bientôt accomplir sa dernière tâche. Il a peu de temps pour se préparer, juste quelques instants pendant lesquels il va puiser dans les réserves ses forces ultimes. Il veut donner le maximum. Parmi les élus, une dizaine de vainqueurs mais qui perdront la vie. Il le sait, il l’accepte sans révolte. Depuis les premiers jours, depuis les premières lueurs, le rite est identique. Alors, il se tient prêt.
    Il pense à elle sans cesse en s’étourdissant de travail. Il ne pense à rien d’autre. Elle est sa seule raison de vivre, son seul but. Mais, il y a un « Mais »… Son avenir à elle se fera sans lui. Terrible constat… Mais pas de parade possible, pas de dérobade ni de fuite. Aucun refuge pour éviter la mission. Il n’a d’ailleurs pas l’intention de reculer devant l’épreuve finale.
     
    Le désespéré
     
              Il avance de son pas lent le long du sentier. Il piétine sur les feuilles jaunies en pleurant ses derniers désespoirs. Les giboulées d’un printemps tardif ont fait place à la canicule. Il se sent à l’abandon, ballotté par les rafales d’un vent qui s’engouffre dans ses pensées. Les doigts de sa main droite s’agrippent à cette lettre déposée au fond de sa poche.
    Les analyses confirment la sentence. Il a tout perdu, ses éclats de rêves se sont effilochés. Il n’a plus qu’une idée en tête, partir. Partir pour se terrer loin de sa terre, loin de son terroir, de son territoire réduit en lambeaux.
    Ses racines ne coulent plus dans ses veines, elles ne sont plus que des miettes dérisoires. Il crache des frissons face au souffle torride qui lui lacère la peau de ses colères.
     
    La mission-suicide
     
              Le voici fin prêt…
    Conditionné depuis sa naissance à la finalité de son parcours terrestre, il n’a qu’une envie, la posséder. Elle, elle est seule face à de trop nombreux prétendants. Elle est légère, accueillante, disposée à se laisser séduire. Par lesquels ?
    Tout à coup, une nouvelle attaque, insidieuse, inexorable… La mort est de plus en plus présente aux alentours. Des signaux envoyés ont été confirmés par les nombreuses disparitions inexpliquées. Malgré cela, rien ne vient perturber le travail du groupe. S’il faut disparaître, ce sera dans l’unité.
    Il a conscience que le départ est proche, la force est en lui. Le soleil a posé ses mille rayons sur la campagne environnante. La vitesse de réaction pour rejoindre celle qui a été choisie sera déterminante. Il voit bien, il sait bien qu’il n’est pas le seul en lice. Ses coéquipiers sont également sur le qui-vive.
    Un léger tremblement suivi d’une envolée. La mission débute dans la frénésie.
     
    Échec et mat
     
              En quelques jours, il a perdu les fruits de sa passion. Il ne reste rien de ses heures de préparation, de ses heures de soin intensif. Sa main tremble en déchirant le rapport des analyses reçu ce matin. L’ennemi a laissé le mal se propager. Ses possessions ont été possédées. La mort s’est engouffrée dans la grande majorité de ses colonies. Il se doute que les demandes d’indemnisation sont les étapes d’un parcours semé d’embûches, de mesquineries. Les assureurs ne sont pas rassurants.
    Le « Gaucho », dont les quantités répandues sur le maïs ont été triplées par erreur, a fait de nouvelles victimes…
    Il n’a pas envie de lutter.
    Face au soleil de plomb, il approche le revolver de sa tempe…
    Le corps d’un faux-bourdon au bas-ventre déchiqueté vient s’écraser à côté du trou laissé par la balle.
     
    Final dans la joie et l’allégresse
     
              Pas loin de là, dans un rucher non contaminé, la reine commence la ponte avec frénésie. Autour d’elle, les abeilles frétillent, s’agitent sans relâche.
    La vie est belle !…

    Bernard Pichardie
    Marseille, avril/juillet 2005
    texte déposé 
    et pour en savoir plus
    CAUSES ET CONSÉQUENCES DE LA DISPARITION DES ABEILLES 


    4 commentaires


  • la maquette d'une chanson à la recherche d’interprètes

    LES FOSSOYEURS

    Ils ont pour unique drapeau
    Le cri de ces derniers bourreaux
    Qui persécutent violent et tranchent
    Ceux qui n'ont pas la couleur blanche

    Ils sont trop sombres
    Ce sont des ombres
    Des vidangeurs 
    Des fossoyeurs 
    Vendant du naufrage
    Marchands de carnage
    À tous les vents 

    Brandissant le poing comme personne
    En eux c'est le glas qui résonne
    Ils ont pour unique décor
    Le goût infecté de la mort

    Ils sont trop sombres
    Ce sont des ombres
    Des vidangeurs 
    Des fossoyeurs
    Vendant du malheur
    Marchant sur la peur
    Des innocents

    Mais arrivera t-il ce jour
    Où le vainqueur sera l'amour
    Un amour pour tous les vivants

    Ils sont trop sombres
    Ce sont des ombres
    Des vidangeurs 
    Des fossoyeurs 
    Vendant du naufrage
    Marchands de carnage
    À tous les vents

    Il faudra bien
    Il faudra bien
    Changer la face de l’immonde
    Rêver enfin d'un autre monde
    Rayer de tous nos projecteurs
    Ces bourreaux crachant la terreur

    Ils sont trop sombres
    Ce sont des ombres
    Des vidangeurs 
    Des fossoyeurs
    Vendant du malheur
    Marchant sur la peur
    Des innocents

    Ils ont pour unique drapeau
    Le cri de ces derniers bourreaux
    Qui persécutent violent et tranchent
    Ceux qui n'ont pas la couleur blanche

    Brandissant le poing comme personne
    En eux c'est le glas qui résonne
    Ils ont pour unique décor
    Le goût infecté de la mort

    Ils sont trop sombres
    Ce sont des ombres
    Des vidangeurs 
    Des fossoyeurs
    Nés des abattoirs 
    D’un parti sans gloire
    Et sans mémoire 

    Ils sont trop sombres
    Ce sont des ombres
    Des vidangeurs 
    Des fossoyeurs
    Déchets du genre humain
    Aboyant leur purin 
    Comme des chiens

    musique   Anthony ALEKSANDEUR
    paroles   Bernard PICHARDIE
    interprétation de Marie-Anne PASCUAL et Anthony
    enregistrement public il y a une vingtaine d'années
    https://chantsongs.wixsite.com/monsite
    chanson déclarée à la SACEM
     


    5 commentaires
  • ras le bol des politiques !
    un texte à la recherche d’une musique 
    si un compositeur ou une compositrice est intéressé(e)
    pour poser ses notes sur mes mots 
    il ou elle peut me contacter 

    LE PARTI DES P.Q.ISTES


    Après les élections
    Nous sommes les perdants
    Quel que soit le parti
    Quelles que soient les idées

    Après les déceptions
    Voici venir le temps
    De déposer nos cris
    Face à tous leurs méfaits

    Pour le prochain scrutin
    La feuille de P.Q.
    Comme avertissement
    Serait la bienvenue

    Pour le deuxième tour
    La feuille de P.Q.
    Comme appréciation
    Vaudrait un pied au cul

    (pont musical)

    Devant les répressions
    Je ne crois plus en ceux
    Qui imposent des lois
    Qu’ils ne respectent pas

    Devant les exactions 
    De ces calamiteux
    Régnant sur le pays
    Je me sens bien trahi 

    Pour le prochain scrutin
    La feuille de P.Q.
    Comme avertissement
    Serait la bienvenue

    Pour le deuxième tour
    La feuille de P.Q.
    Comme appréciation
    Vaudrait un pied au cul 

    Bernard PICHARDIE
    https://chantsongs.wixsite.com/monsite
    texte déposé


    13 commentaires

  • la maquette d'une chanson à la recherche d'interprètes


    LES MORBACKS DES AMERLOCKS

    Les morbacks
    Des amerlocks
    Sont en toc
    Tout en vrac

    Caca
    cola
    Et mac
    Cradoc
    Ce n’est pas bon
    Pour l’estomac

    Quelques beignets
    Bien trop sucrés
    En carton pâte
    Prédigérés

    Dégoulinant
    Dans le factice
    Pour les enfants
    C’est un délice

    Oui mais voilà
    Ils ne voient pas
    Qu’on les appâte
    Qu’on les foudroie

    Il se prépare
    Un bel ulcère
    Sans crier gare
    Pour le dessert

    Les morbacks
    Des amerlocks
    Sont en toc
    Tout en vrac

    Caca
    cola
    Et mac
    Cradoc
    Ce n’est pas bon
    Pour l’estomac

    Y a le maïs
    Qu’est transgénique
    Oui quand tu pisses
    T’attrapes des tics

    Côté bidoche
    C’est ça qui cloche
    C’est bien navrant
    C’est super moche

    De la bouffe glauque
    Sans intérêt
    Moi ça me choque
    Ça m’ fait gerber

    Et la boisson
    Couleur goudron
    C’est dégoûtant
    Pour les gloutons

    Les morbacks
    Des amerlocks
    Sont en toc
    Tout en vrac

    Caca
    cola
    Et mac
    Cradoc
    Ce n’est pas bon
    Pour l’estomac

    Y a eu des guerres
    Dans l’univers
    Dans tous les coins
    Sur notre terre

    Y a eu des morts
    Et des charniers
    Pour des trésors
    Pour des idées

    Oui mais voilà
    On ne voit pas
    Qu’ils ont besoin
    De leurs corps gras

    Pour essayer
    D’éliminer
    Le monde entier
    Sans se faire chier

    paroles Bernard PICHARDIE
    https://chantsongs.wixsite.com/monsite
    musique Jérôme HEMMER
    chanson déclarée à la SACEM


    8 commentaires
  • un texte à la recherche d’une musique 
    si un compositeur ou une compositrice est intéressé(e)
    pour poser ses notes sur mes mots 
    il ou elle peut me contacter 

    FABIEN

    ( parlé ) Bonjour Fabien
    Je serai prêt dans dix minutes
    Je lis le programme du jour

    Une maison de retraite
    Un petit coin de banlieue
    Un lieu pour les sans-logis
    Et un marché au milieu

    Repas dans la salle des fêtes
    Entourés d’élus locaux
    Et enfin l’après-midi
    Interview pour les infos

    ( parlé ) Allez Fabien
    Il faudra serrer quelques mains
    N’oublie pas le désinfectant

    Des souhaits et de l’espoir
    Sous la bannièr’ du parti
    La ferveur de mon discours
    Applaudissements fournies

    Devant cette jolie noire
    Petits propos enflammés
    Du travail pour tous un jour
    Le vote pour les emmigrés

    ( parlé ) Mon bain Fabien
    Avant de relire mes feuillets
    Je sens encor l’odeur des vieux

    Des dossiers remplis de notes
    Un whisky et deux glaçons
    L’émission à la télé
    Un appétit de glouton

    Correction de quelques fautes
    Après le poulet rougail
    Le cigar’ la volupté
    Un dernier petit détail

    ( parlé ) Super Fabien
    Cette noire est bien sur la liste
    Pour préparer les expulsions

    La la la la la la la
    Finie la journée la la
    La la la la la la la
    Un repos bien mérité la la
    … … …

    ( parlé ) Non non Fabien
    Pas ce soir j’ai mal à la tête
    Demain le lever à six heures

    Bernard Pichardie
    https://chantsongs.wixsite.com/monsite
    texte déposé


    votre commentaire

  • la maquette d’une chanson à la recherche d’interprètes 


    VOUS

    Vous 
    Les chasseurs carnassiers
    Vous
    Les bouchers de l’horreur
    Vous 
    Les banquiers blanchisseurs
    Vous
    Les tueurs amnistiés
    Vous 
    La légion étrangère
    Vous
    Les pervers par passion
    Vous 
    Les odieux névrotiques
    Vous 
    Fanatiques religieux 

    Vous êtes sous les feux
    De tous ces projecteurs
    Exposant sous nos yeux
    Les crachats de vos cœurs

    Vous 
    Les faiseurs de ghettos
    Vous
    Les salauds en führer 
    Vous 
    Les pouvoirs intégristes
    Vous
    Les fascistes aux perchoirs
    Vous 
    Les héros au cœur dur
    Vous
    Les impurs les bourreaux
    Vous 
    Les sorciers de tout bord
    Vous
    Croque-morts vénérés

    Vous êtes dans le froid
    La nuit et le brouillard
    Vomissant vos appâts 
    Sur la joie et l’espoir

    Vous 
    Les gourous et vos sectes
    Vous
    Les infects les rois fous
    Vous 
    Les dealers et vos cames
    Vous
    Les infâmes les violeurs
    Vous 
    Les racistes les sans loi
    Vous
    La Mafia et vos kystes
    Vous 
    Les vendeurs d’armement
    Vous
    Charlatans pollueurs

    Vous plantez tout là-haut 
    L’envers de vos décors 
    Posant sur nos radeaux
    Votre amour de la mort

    Vous êtes tout-puissants 
    Mais moi je vous accuse 
    Je vous accuse…
    Je vous accuse
    Tout simplement

    musique  Éric MIROCHE
    paroles   Bernard PICHARDIE
    https://chantsongs.wixsite.com/monsite
    chanson déposée à la SACEM

     


    votre commentaire
  • un texte à la recherche d’une musique 
    si un compositeur ou une compositrice est intéressé(e)
    pour poser ses notes sur mes mots 
    il ou elle peut me contacter 

    CARCASSE ROUILLÉE

    Carcasse rouillée
    Grille fermée
    Près de l'usine

    Regard cloué
    Peau délavée
    Sur grise mine

    Cité vieillie 
    Herbe jaunie
    Près des poubelles

    Maisons sans vie
    Visages aigris
    Dans les ruelles

    Quelques éclats
    Le long des bras
    Putain d’ seringue

    Moral en bas
    Tout en fracas
    Avec un flingue

    Carcasse rouillée
    Grille fermée
    Regard cloué
    Peau délavée

    Carcasse rouillée
    Grille fermée 
    Sur la douleur

    Regard cloué
    Peau délavée
    Par trop de pleurs 

    Plus de bateau
    Au fil de l’eau
    Peur en cascades

    Un vieux bistrot 
    Comme seul radeau 
    Futur en rade

    Misère à nu
    Ados perdus
    En vague à l’âme

    Pas de salut
    Vie sur le cul
    Pour de la came

    Carcasse rouillée
    Grille fermée
    Regard cloué
    Peau délavée

    Carcasse rouillée
    Grille fermée 
    Sur les murmures 
    D’un terrain vague

    Regard cloué
    Peau délavée
    Près d’un grand mur
    Couvert de tags

    (pont musical)

    parlé : … Et sur ces tags, 
    un bout de soleil aux mille couleurs 
    pour des enfants qui veulent vivre 
    le vrai bonheur …

    (suite du pont musical)

    Carcasse rouillée
    Grille fermée
    Près de l'usine

    Regard cloué
    Peau délavée
    Sur grise mine

    Carcasse rouillée
    Grille fermée
    Près de l'usine

    Regard cloué
    Peau délavée
    Sur grise mine ... 

    Bernard PICHARDIE
    https://chantsongs.wixsite.com/monsite
    texte déposé


    votre commentaire



  • la maquette d’une chanson à la recherche d’interprètes


    À CÔTÉ DE TOI


    Tu ne regardes pas

    À côté de toi

    Tu n’entends rien du tout

    Car toi tu t’en fous

     

    Y a des histoires de gosses

    Qui se déshabillent

    Et puis que l’on écosse

    Pour de jolies billes

     

    Y a des histoires féroces

    Près de tes oreilles

    Des faits divers atroces

    Pour un peu d’oseille

     

    Tu ne regardes pas

    À côté de toi

    Tu n’entends rien du tout

    Car toi tu t’en fous

     

    Y a des histoires de passes

    Dans quelque ruelle

    Tout au fond d’une impasse

    Privée de sommeil

     

    Y a des histoires salaces

    Pas loin de l’école

    Mais cela te dépasse

    Tu fais le mariole

     

    Tu ne regardes pas

    À côté de toi

    Tu n’entends rien du tout

    Car toi tu t’en fous 




    Tu ne regardes pas

    À côté de toi

    Tu n’entends rien du tout

    Car toi tu t’en fous


    Y a des histoires de fesses

    À l’odeur trop sale

    Qu’on lit pas dans la presse

    Les feuilles à scandale

     

    Y a des histoires de messe

    D’enfants qui se taillent

    Pour éviter la laisse

    D’un épouvantail

     

    Tu ne regardes pas

    À côté de toi

    Tu n’entends rien du tout

    Car toi tu t’en fous



    musique   Didier DUVAL alias MRAYDI
    paroles   Bernard PICHARDIE
    https://chantsongs.wixsite.com/monsite

    chanson déclarée à la SACEM
       


    votre commentaire
  • un texte à la recherche d’une musique 
    si un compositeur ou une compositrice est intéressé(e)
    pour poser ses notes sur mes mots 
    il ou elle peut me contacter 

    COULEUR ET COLÈRE

    Une terre aride
    En pleine torpeur
    Conquérants avides
    Semant la terreur

    Couleur et colère
    L’argile et le sable
    Chaleur et poussière
    Destins misérables

    Pendant ce temps-là
    Je sors à onze heures
    Une paella
    Du congélateur

    Une odeur fétide
    D’urine et sueur
    Policiers placides
    Planant sur la peur

    Couleur et colère
    Des chiens et matraques
    Chaleur et poussière
    Des hommes que l’on traque

    Pendant ce temps-là
    C’est maintenant l’heure
    Je prends mon repas
    Dans la bonne humeur

    ( pont musical )

    Une peau livide
    Sous les projecteurs
    Village torride
    Crachant ses clameurs

    Couleur et colère
    La mort et la rage
    Chaleur et poussière
    Des vies en otage

    Pendant ce temps-là
    Je sens des douleurs
    Je ne digère pas
    J’ai quelques aigreurs

    Couleur et colère
    Chaleur et poussière
    Couleur et colère
    Chaleur et poussière

    Bernard PICHARDIE
    https://chantsongs.wixsite.com/monsite

    texte déposé


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique